Un petit sondage pour permettre à Proches et Cancer d’améliorer son contenu et de vous être plus utile

Le dernier article publié sur ce blog remonte au 8 mars 2017, c’est à dire il y a presque 3 mois. Déjà, au début d’année, le rythme de diffusion s’était nettement ralenti, et ce pour plusieurs raisons : d’une part des contraintes personnelles qui avaient fortement réduit ma disponibilité pour écrire; d’autre part, des événements liés justement au cancer qui m’ont particulièrement affecté (entrée de ma mère dans un long traitement de chimiothérapie, décès récent d’une amie qui a lutté de nombreuses années); enfin, un questionnement qui a été permanent ces derniers mois, sur le sens et la perspective que je voulais et pouvais donner à la cause que je veux défendre à travers ce blog. Un questionnement empreint d’une certaine lassitude également, car même si le nombre de visites sur le site a considérablement augmenté depuis sa création, le nombre d’abonnés à la newsletter ou le nombre de lecteurs des articles publiés sont restés faibles; et la quasi-absence de réactions de l’audience aux articles me faisait me demander si le contenu intéressait finalement le public concerné.

Parmi ces réflexions, il y avait aussi deux constats que j’avais pu faire au fil des mois.
Il y a notamment un phénomène qui est tout à fait compréhensible : autant pour les malades que pour les accompagnants, une fois passé la mauvaise période de la maladie, on a envie et besoin de tourner la page, de penser (et passer) à autre chose, d’oublier les douloureuses épreuves. Récemment encore, une personne qui a perdu plusieurs proches à cause du cancer m’a confié « faire un blocage », malgré une certaine empathie pour le sujet, et ne pas être en mesure d’en entendre encore parler. Et je dois dire que c’est aussi ce que personnellement je promeus, convaincu que rester mentalement « dans la maladie » empêche quelque part de s’en débarrasser (moralement et même physiquement) et fait, je pense, courir le risque de la voir revenir. Il faut également savoir « se protéger ».
Par ailleurs, je me rends compte qu’au-delà des souvenirs que l’on peut avoir de cette épreuve du cancer, souvenirs gravés à jamais, une fois passée la tempête, on est progressivement déconnectés du vécu des personnes qui, elles, sont encore dans la tourmente : on ne suit plus forcément l’évolution des traitements, les nouveautés dans l’accompagnement de la maladie, l’actualité de l’environnement, au sens large, de cette maladie.
Je suis donc conscient que pour être crédible dans mes productions qui ont vocation à aider les autres, il faut que quelque part, je me « reconnecte » à cette réalité, en restant autant que nécessaire « au contact » de gens malades et de personnes qui les accompagnent. Une démarche qui n’est pas toujours évidente à entamer et à maintenir dans la durée, d’autant que je dois tenir compte de plusieurs contraintes qui me sont propres.
Pour autant, mon envie d’aider reste présente. Fortement. Peut-être doit-elle prendre une autre forme, ou cibler un public particulier. J’en suis là de mes réflexions.
Aussi, afin d’y voir plus clair sur le devenir de l’action que j’ai déjà commencée à travers ce blog, j’ai besoin de votre aide. Je veux cesser d’écrire ce que je considère, moi, comme pouvant vous apporter de la valeur, et plutôt écrire ce qui correspond le plus à VOS attentes. Pour cela, il n’y a pas 36 solutions : il faut tout simplement que je vous pose la question. Mais comme j’ai besoin de creuser le sujet, c’est même plusieurs questions que je veux vous poser, à travers un petit sondage qui devrait m’aider à savoir si le contenu actuel du blog est ou non satisfaisant, et comment il pourrait vous être plus utile. Il comporte des questions fermées mais aussi des questions ouvertes dont je lirai avec attention les réponses que vous y apporterez.
Je vais donc vous demander :
1) de prendre quelques minutes (pas tant que ça, d’ailleurs) pour répondre au questionnaire en cliquant sur le lien ACCEDER AU SONDAGE. Je vous livrerai les résultats et les enseignements dans quelques semaines.
2) de partager (par mail; via les réseaux sociaux; par le bouche à oreille; par vos relais habituels, associatifs, professionnels ou autres; ou par tout autre moyen) ce questionnaire avec le plus de personnes possible que vous savez touchées de près ou de loin par le cancer, ceci afin d’avoir un panel le plus large possible permettant de rendre les résultats du sondage significatif.
Vous pouvez également et comme toujours me faire part de vos commentaires, questions, suggestions en utilisant le formulaire de contact habituel du site. N’hésitez pas.
Je vous remercie par avance de vos contributions; elles seront importantes pour tous.
Print Friendly
Partagez sur les réseaux sociaux

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *