Santé, joies, envie, lâcher prise, introspection et renaissance : les voeux 2017 de Proches et Cancer

18 jours sont déjà passés en 2017, et je n’ai toujours pas publié les voeux du blog Proches et Cancer.

Paresse ? Négligence ? Désinvolture ? On pourrait d’autant plus le croire que ce « manquement » aux traditions s’inscrit dans un silence de plusieurs semaines.

En réalité, plusieurs éléments expliquent cette pause et cette hésitation à me plier aux us et coutumes. Pour commencer, la fin d’année 2016 et le début d’année 2017 ont été à titre personnel très éprouvants pour diverses raisons, et j’ai dû aussi m’impliquer dans d’autres situations d’accompagnement qui ont mobilisé mon énergie et fait revivre des instants douloureux. De plus, une certaine lassitude est réapparue comme souvent pendant cette année écoulée, avec le questionnement permanent de savoir si le contenu du blog continuait d’intéresser ou non, d’être utile ou pas. Enfin, concernant particulièrement les voeux, comment éviter les traditionnels santé, bonheur, amour, etc., quand on s’adresse à un public, malades et proches, qui peut-être vit des moments particulièrement difficiles, qui ne les inclinent pas aux débordements festifs mais plus à l’angoisse et aux doutes sur l’année qui s’ouvre ?

Et comme toujours, ce sont les lecteurs qui me remettent sur les rails, qui me redonnent cette impulsion nécessaire, l’envie d’écrire utile, de partager et d’aider. Il a donc suffi de quelques commentaires récents, alors même que la non-actualisation du site me faisait craindre qu’il n’était plus visité; pour que je me rende compte que certains articles avaient apporté des réponses à des personnes pour qui justement j’avais initié cette démarche; et que je prenne aussi conscience aussi qu’il reste encore beaucoup à faire, beaucoup à écrire, pour compléter toutes ces rubriques qui promettent mais qui n’ont pas encore été renseignées. Et plus que jamais actuellement, je réalise que beaucoup de questions restent encore sans réponses pour les proches accompagnants de malades du cancer. Il n’y a plus qu’à, j’ai donc déjà quelques articles en tête.

Une fois remis sur les rails, il m’a fallu trouver les mots justes, les voeux justes. Et même s’ils ne sont pas justes, voici ce que j’ai envie de souhaiter aux malades et à leurs proches, et particulièrement aux lecteurs du blog Proches et Cancer :

  • Santé : c’est sans doute trivial, mais c’est je pense l’aspiration de tous ceux qui sont marqués par la maladie. Je ne peux donc que vous souhaitez à tous qu’avec l’aide des traitements et de toutes les ressources que vous pourrez mobiliser, les maux s’atténuent ou disparaissent.
  • Joies et envies : parce que je n’aurai de cesse de répéter que les joies de toutes natures, le fait de se créer des instants de bonheur les plus simples, l’émerveillement pour les choses les plus banales, l’apaisement de l’esprit, contribuent très fortement à la guérison. Et je rappelle, pour ceux qui n’auraient pas lu tous les articles (parce que je l’ai souvent évoqué) que dans ENVIES, on entend « EN VIE », alors que dans TUMEUR on entend souvent « Tu meurs ». Aussi, donnez libre cours à vos envies. Exprimez-les. Rendez-les possibles. Réfléchissez à ce qui vous ferait vraiment plaisir, ce qui vous ferait envie, qui vous maintiendrait en vie.
  • Lâcher prise, introspection et renaissance : les pathologies graves comme le cancer, où pour reprendre une expression médicale « le pronostic vital est engagé » , nous ouvrent souvent les yeux sur l’essentiel et les priorités. C’est donc le moment opportun, pour malades et accompagnants de relativiser les soucis divers, de les jauger en comparaison de ce que représente la bonne santé (ou une maladie grave), de redéfinir ses priorités de vie; de réaliser cette introspection, cette remise en cause, ce travail sur soi salutaire, qui permettra de s’extirper de la maladie, de laisser le passé et le présent des souffrances pour se projeter dans un avenir de santé et de paix intérieure retrouvés, de sortir des sentiments de culpabilité, de culpabilisation des autres, des rancoeurs et de toutes pensées qui ne permettent pas d’avancer mais vous ancreraient dans ce qui constitue pourtant des moments révolus; et ainsi de renaître à soi-même, de se dire « désormais ma vie sera comme ci ou comme ça », selon mes aspirations profondes, selon mon en-vie.

Bonne et généreuse année 2017 à vous, même si je sais qu’une année ne peut être pleinement considérée comme bonne quand on l’entame avec une maladie comme le cancer.

Que cette année vous offre des moments de bonheur suffisamment importants pour justement compenser les moments difficiles, pour lesquels je peux en tout cas vous assurer que Proches et Cancer sera de tout coeur avec vous.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez sur les réseaux sociaux

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *