La chimiothérapie racontée par un accompagnant de malade – La fin des injections

Tandis que nous terminons presque cette série d’articles sur la chimiothérapie, vue à travers le regard d’un accompagnant, et après avoir évoqué, dans l’article précédent, la mise en oeuvre du protocole, le présent article poursuit la chronologie en décrivant la fin des injections, la fin d’une séance de chimiothérapie.

 

ArticleChimio_FinInjections Une fois que toutes les poches qui composaient le protocole sont passées, et que peut-être vous aurez regardé les derniers gouttes de produit tomber dans le tuyau, signe d’une délivrance prochaine pour le (la) malade que vous accompagnez, l’appareil bipera pour indiquer que la poche de produit de chimiothérapie est vide. L’infirmier(ère) viendra alors brancher une dernière poche de « rinçage » (cf. article sur la mise en oeuvre du protocole cité plus haut). Il y en aura alors pour encore 15 à 20 minutes, et la séance sera terminée.

Ce dernier rinçage est en général un soulagement : la fin de la séance est proche. Les sentiments sont alors partagés, selon que le malade aura plus ou moins bien supporté les injections. Accompagnant, on attend en tout cas avec impatience que cette dernière poche se vide et que l’appareil sonne.

L’infirmier(ère) viendra alors « dépiquer » le (la) malade, lui retirer les voies. De mémoire, cette fois vous n’avez plus besoin de sortir de la pièce. L’aiguille est retirée du bras du (de la) patient(e), plus précisément de son cathéter. Un petit pansement, et le chariot de soins repart.

C’est le moment de repartir de l’établissement de santé. Vous rassemblez alors les affaires de votre malade. Affaibli(e) généralement par la séance, et fatigué(e) moralement par ce nouvel effort dans le processus de soins, il (elle) devra pouvoir compter sur les aides les plus simples comme l’aider à se rechausser, mettre ses affaires dans son sac, l’aider à aller aux toilettes, porter son sac, l’asseoir pour patienter le temps que vous alliez récupérer le véhicule au parking…

Si le malade est venu en ambulance, vous aurez anticipé, dès le début du passage du dernier « rinçage » (ou avant, suivant le temps de trajet à effectuer), et contacté la société d’ambulance pour que le véhicule soit présent à votre sortie et qu’il n’y ait pas d’attente.

Avant de quitter le service de chimiothérapie ambulatoire, il vous faudra repasser par le bureau des infirmiers, où sera planifiée la prochaine séance. A cette occasion, suivant les indications du médecin oncologue lors de la consultation préalable à l’injection, des rendez-vous pourront être pris pour votre malade : analyses, examen cardiaque, etc. Ils seront notés dans le dossier. La date de la séance suivante sera notée sur la fiche individualisée remise au (à la) patient(e).
Il ne vous restera plus qu’à prendre congé, refaire le chemin en sens inverse et quitter le service de chimiothérapie puis l’établissement de santé.
Sur le chemin du retour, soyez attentif et à l’écoute. Sans presser votre malade de questions, essayez simplement de savoir ou de comprendre comment il se sent (physiquement et mentalement). Laissez-le (la) décider s’il (elle) veut parler ou s’il (elle) préfère rester silencieux(se). Et respectez ce choix. Encore une fois, et surtout parce qu’une séance de chimiothérapie vient de se dérouler juste avant, ne transposez pas vos propres angoisses. Soyez juste attentif(ve) et attentionné(e). Profitez du trajet pour vous projeter déjà intérieurement dans les jours et semaines qui viennent : revoyez en détail votre organisation.
Conseil qui me semble trivial : rentrez directement. Ce n’est pas du tout le moment d’avoir une course à faire, un enfant à récupérer, une visite à effectuer, une balade à envisager. Non, votre malade a besoin de se reposer. Rentrez directement.
Enfin, pensez aussi à vous, ne vous oubliez pas : à vous restaurer (les séances peuvent être longues, déborder au-delà de l’heure de repas), à gérer votre fatigue. Vous allez avoir besoin de toute votre énergie et de toute votre lucidité pour les heures, jours et semaines qui viennent.
Print Friendly
Partagez sur les réseaux sociaux

    2 pensées sur “La chimiothérapie racontée par un accompagnant de malade – La fin des injections

      • 16 janvier 2017 à 20 h 46 min
        Permalink

        Merci à vous de l’avoir lu.
        J’espère qu’il vous a été utile.
        Pour plusieurs raisons, j’avais dû faire une pause (depuis novembre 2016), mais les commentaires que je reçois m’encouragent à écrire à nouveau prochainement.

        Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *