Comment le livre « Cancer Chimio Champagne » a indirectement redonné la pêche au blog Proches et Cancer et pourquoi il vous faut absolument le lire

Me voici de retour après un long silence, de plus d’un mois.

Si vous aviez pu constater plusieurs fois ces derniers mois des pauses plus ou moins longues, liées au manque de disponibilité (car il faut du temps pour écrire les articles), ce silence-là a failli être définitif, pour plusieurs raisons. Personnelles d’abord, car j’ai rencontré ces derniers temps beaucoup de soucis qui se sont accumulés et m’ont rendu la vie un peu compliquée et laissé peu de disponibilité pour écrire sereinement. Une fatigue importante aussi, que je ne m’explique toujours pas, car j’ai toujours été habitué à des réveils très matinaux et des couchers très tardifs; mais depuis quelques semaines, je n’avais plus du tout d’énergie pour rester éveillé au-delà de 21h00 – 22h00. Enfin, une grande lassitude et un certain découragement. Car j’ai déjà écrit beaucoup d’articles sur ce blog en un an, j’y ai consacré beaucoup de temps, certains m’ont vidé tant il a fallu réveiller des souvenirs pas toujours agréables. Et j’ai eu maintes fois l’impression que ça ne servait à rien, qu’ils n’étaient pas lus, et que peut-être ils n’intéressaient finalement personne. Comment le savoir ? Malgré la proposition faite, à chaque article, de me faire des retours, de satisfaction ou d’insatisfaction, de commentaires, de critiques, je n’ai eu que très rarement des feed-back. Aussi étais-je sur le point d’abandonner.

Jusqu’à ce que je découvre au journal télévisé la sortie du livre « Cancer, Chimio, Champagne » de Rocaya PAILLET, animatrice et présentatrice de télévision à Réunion Première. Première surprise, premier choc, j’apprends qu’elle a vécu un cancer du sein, qu’elle a surmonté, et qu’elle en a relaté l’expérience dans ce livre. Deuxième surprise : le grand public n’en a rien su, et elle a réussi à mener en parallèle de ses traitements le projet qu’elle avait initié d’une émission de télé réalité locale sur le thème du mariage « L’amour lé dou ». Je n’en suis pas un spectateur assidu, mais les émissions que j’avais pu regarder étaient toutes marquées par la pêche de l’animatrice, pétillante comme le champagne, par son humour, par son contact facile et naturel avec les gens, par son authenticité, par sa capacité à rebondir sur les émotions… De savoir que tout cela avait été tourné alors même qu’elle traversait cette terrible épreuve suscite forcément un immense respect.

J’ai ensuite été intrigué par le titre, prometteur, et qui traduit une approche qu’elle a su décrire merveilleusement dans son interview. une approche très positive, festive, rayonnante, pleine de vie. Quelque chose qui d’emblée m’a parlé.

cancerchimiochampagne_couverture

Il n’a donc pas fallu me forcer pour me précipiter dès le début de la séance de dédicace à la Librairie Gérard samedi dernier 8 octobre, pour acheter le livre et pouvoir rencontrer l’auteur.

Les 3 ou 4 minutes de cette entrevue ont été un grand moment, que je n’oublierai pas. Cette jeune femme dynamique et souriante à la télé l’est également à la ville, très naturellement. Elle est de contact facile. Avant moi, une dame chez qui sans doute l’instant et le sujet ont réveillé des souvenirs difficiles n’a pu retenir ses larmes. Rocaya s’est alors levée de sa chaise de dédicace et l’a prise dans ses bras et réconfortée, dans un moment de tendresse vraie intense en émotion. Une grande dame : à la fois par la taille (je la voyais de près pour la première fois, et on comprend facilement qu’elle ait pu être auparavant une joueuse de volley) et par la gentillesse qui saute aux yeux.

Arrivé devant elle, j’ai pu lui expliquer en quoi son livre me parlait, comment en tant que proche j’ai été concerné par le cancer, embarqué dans la tornade, et lui parler de mon « combat » à travers le blog Proches et Cancer pour valoriser la place des proches et leur apporter du soutien. Elle a spontanément acquiescé en me disant que les proches ont été déterminants pour elle et que je le verrais dans le livre. La « marieuse » comme elle s’est elle-même qualifiée, a été déçue de me savoir séparé après les épreuves du cancer surmonté et a été très fine et rigolote sur le sujet. Enfin, sans que je le lui dise, elle a compris, comme en témoigne la dédicace qu’elle m’a faite, que je recherchais dans son livre des réponses que j’attendais.

Voilà. Un court mais grand moment ! Merci et bravo Rocaya !

Une fois rentré à la maison, je n’avais qu’une hâte, ouvrir et découvrir le livre. Moi qui suis un lecteur relativement lent, qui s’éparpille souvent entre plusieurs livres et ne va quelquefois pas au bout, je me suis surpris à dévorer littéralement cet ouvrage. Seule la fatigue m’a empêché de le finir le jour-même. Et au réveil le lendemain matin, je m’y suis remis et je l’ai terminé.

Il faut dire qu’il est bien écrit, qu’il est agréable à lire, qu’il va à l’essentiel, qu’il est authentique, et qu’il décrit parfaitement l’ensemble du parcours du combattant qu’est pour un malade le traitement du cancer. Tout ce qui était écrit m’a rappelé des souvenirs précis dont certains oubliés. Tout me parlait. C’est un livre dont l’histoire, réelle, se passe à la Réunion, mais son approche n’a pas de frontière, son message est universel. Je souhaite donc qu’il ait un succès non seulement ici mais aussi ailleurs en France et dans le monde francophone.

Et quelle joie de lire dès l’avant-propos que ce livre était destiné à celles qui ont vécu la même épreuve mais aussi à leurs compagnons et à leurs proches. Et tout au long du livre, la place des proches dans le récit de ce qu’a vécu Rocaya est expliquée, démontrée, valorisée.

J’ai parcouru ce livre avec un crayon et noté des passages qui m’interpellaient. Aussi, forcément, dans de prochains articles, je m’appuerais sur ces réflexions que le livre a suscitées chez moi, mais sans dévoiler le contenu car je veux que vous découvriez ce merveilleux livre, que je ne peux que vous conseillez d’acheter.

Bref, vous l’aurez compris, il aura fallu quelques minutes d’échange avec la pétillante Rocaya PAILLET, et quelques heures de lecture de Cancer Chimio Champagne, pour que ma motivation, tombée au plus bas, soit ravivée. Pour cela aussi, merci Rocaya !

Alors, je ne cesserai d’en faire la promotion. En plus, la couverture est sympa et donne tout de suite le ton. A lire sans hésiter.

Pour terminer, comme l’auteur qui explique être assez superstitieuse, je dirai pour ma part qu’il n’y a pas de hasard, et que cet événement (la sortie de ce livre) est arrivé au bon moment pour me redonner la pêche et rebooster Proches et Cancer… qui fête aujourd’hui un an d’existence. Pour l’anecdote, cet anniversaire a failli tourner au cauchemar : alors que le site était accessible hier matin, hier soir page blanche, tout avait disparu. Imaginez alors mon angoisse et mon désarroi. Il se trouve qu’une mise à jour des extensions du site a créé un bug. Ouf, l’assistance de l’hébergeur a pu tout me remettre.

Pour fêter les 1 an du blog, je suis heureux de vous annoncer la création d’une page Facebook « Proches et Cancer ». Je l’avais créée il y a quelques semaines, mais j’attendais pour la faire connaître. Maintenant c’est fait. La page relaiera les articles et partagera aussi des ressources en lien avec le thème. « Spread the news around the world » diraient les anglo-saxons. Faites le savoir, lisez la page, partagez largement. Plus vous serez nombreux, plus le défi sera grand pour moi de faire en sorte de vous proposer un contenu utile et de bonne qualité. J’aime les challenges, alors aidez-moi à relever celui-là.

A bientôt.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez sur les réseaux sociaux

    4 pensées sur “Comment le livre « Cancer Chimio Champagne » a indirectement redonné la pêche au blog Proches et Cancer et pourquoi il vous faut absolument le lire

    • 11 octobre 2016 à 3 h 33 min
      Permalink

      Bonjour jean francois je suis ravie et soulagee de vous lire je ne suis jamais tres loins derriere vous et je vais de ce pas sur le reseau FB apporter ma participation a tres bientot

      Répondre
      • 12 octobre 2016 à 12 h 20 min
        Permalink

        Merci Muriel de votre soutien. Je sais que votre propre expérience vous permet de comprendre cette cause et de la faire avancer.
        A bientôt.

        Répondre
    • 16 octobre 2016 à 10 h 18 min
      Permalink

      Bonjour Jean François !
      Enfin dispo après une semaine de tournage de lamour lé dou bien intense pour prendre le temps de pianoter sur mon clavier et te remercier du fond du coeur pour ce long et émouvant message publié sur tin blog Proches et Cancer.
      Je l’ai bien entendu parcouru. Ce que tu fais est vraiment remarquable. Je voulais d’ailleurs dans le cadre de mon émission « Dis moi tout » aborder ce thème de façon plus approndie (l’ai déjà traité succintement car le sujet concernait davantage les malades). On pourrait en parler et mettre cela au point. Par contre cela sera pour la saison prochaine car je tourne mes derniers enregistrements pour octobre et novembre.
      Au plaisir de se lire ou de se retrouver
      Amicalement
      Rocaya

      Répondre
      • 16 octobre 2016 à 20 h 24 min
        Permalink

        Bonjour Rocaya,
        Merci pour tes encouragements. C’est un grand honneur que tu me fais de commenter cet article.
        Pour une émission « Dis moi tout » sur les accompagnants de malades, j’en parlerai avec plaisir quand le moment sera venu. C’est une idée qui en tout cas me plaît, les angles d’approche pouvant être multiples.
        On reste en contact. J’ai dans un coin de tête quelques sujets abordés dans ton livre sur lesquels je souhaiterais t’interviewer. Là aussi ce sera quand ta disponibilité le permettra (on en reparlera en MP). Et pour que ça soit plus solide que les quelques interviews vraiment « amateur » que j’ai réalisées pour le blog, j’ai déjà une piste pour déléguer la prise de vues pour que ça soit plus « pro ».
        Merci encore de t’intéresser à cette démarche.
        Amicalement.
        Jean-François

        Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *